Evolution

Bientôt trois semaines depuis notre retour en France, déjà/seulement !

Notre petite S. est comme un poisson dans l’eau dans sa maison. Nous avons maintenant notre petites routines, nos habitudes, c’est important pour elle.

Nous avons commencé à voir, par de brèves visites, nos proches et ça se passe plutôt bien. Timide aux premiers abords, elle finit généralement par proposer d’elle même des jeux, sourire, puis lâcher mes bras et descendre de mes genoux pour rapporter tout le contenu de sa chambre, tout en faisant bien attention à notre présence et sans non plus être à son maximum de détente (nos invités entendent peu le son de sa voix alors qu’elle est bavarde !).
Nous avons aussi fait quelques sorties « en public ». Si pas trop de monde elle est à l’aise (jardinerie animalerie, elle courait dans les rayons, on lui a montré les animaux, elle adooore les lapins), s’il y a plus de monde elle reste dans nos bras et observe mais plus ça va, plus elle semble confiante.
On alterne journée avec nouveauté et journées tranquilles pour ne pas la surcharger.
(On a vu le médecin aussi, elle n’a pas du tout aimé…)
Elle aime beaucoup la voiture, dans son siège auto elle voit bien le paysage.

Elle a fini par s’habituer aux animaux, elle a même la fâcheuse tendance à vouloir poursuivre le chat. Alors on explique qu’il n’aime pas ça… Malgré tout le chat reste confiant et patient, plus que je ne l’aurais pensé.

Les terreurs nocturnes diminuent, voilà plusieurs nuits que nous n’avons pas eu besoin de nous lever, on ne prend pas ça pour acquis mais c’est une bonne chose. S. est une très bonne dormeuse, 10-11h de sommeil la nuit, 2-3h de sieste.

Elle accepte désormais de goûter la plupart des aliments qu’on lui propose et on peut dire qu’elle s’intègre bien à la culture française : elle aime le fromage, même assez fort ! Elle adore les olives et les carottes rappées, les haricots verts et les petits pois (et ça c’est cool) et voue un culte aux frites, évidemment.
Elle se débrouille plutôt bien avec la cuillère, sachant qu’elle ne connaissait pas ça avant.

Elle aime jouer au sable, à la pâte à modeler (son père aussi^^), à la dînette et à la poupée (avec laquelle elle est extrêmement douce, pourtant pas vraiment ce que nous avons vu à l’orphelinat dans les comportements des nounous), et aussi à éparpiller ses jouets de partout. Elle adore regarder encore et encore ses imagiers pour nous faire répéter encore et encore des mots.

Elle est lancée sur le langage, nous avons chaque jour de nouveaux mots : tiens, donne, met(-là), boire, banane, ballon, bouée, lapin, grenouille, gâteau, oiseau, crème, lunettes, fini, bulle… plus de nombreux bruits d’animaux ou autres (broum, pimpon, miam…). Ce qui est rigolo c’est que nous avons vu certains « mots » (impossible de vous dire si c’était de vrais mots ou des mots de bébé) qu’elle utilisait là-bas se ré-attribuer à des choses d’ici et donc à une nouvelle définition, c’est le cas par exemple de « grenouille » qu’elle prononce en un mot proche en sonorité que nous l’entendons dire depuis longtemps.
On a aussi « papa » (il est content !) et… « caca » (ouais, elle est glamour notre fille), parce que S. nous prévient quand elle fait dans sa couche (peu importe quoi, ça reste « caca » mais avec la main devant ou derrière c’est selon…). On a donc commencé à expliquer le concept du pot, l’objet trône en double exemplaire dans le salon (à la base c’était pour en avoir un à chaque bout de la maison mais elle les rassemble), elle a très bien saisi le lien mais pour le moment ça s’arrête là et on ne va pas trop l’embêter avec, elle a déjà beaucoup à gérer.

Elle avait l’habitude depuis le début de voir papa s’absenter, là bas pour les papiers, ici pour les papiers aussi. La plupart du temps on essaie de viser le temps de la sieste pour que l’un de nous s’absente mais il faut aussi qu’elle s’habitue à nous voir partir, surtout pour bien se rendre compte que nous revenons toujours. Alors j’ai fait mes premières sorties moi aussi, d’abord courtes (bien passées même si ensuite elle me regardait un peu de travers quand j’allais chercher quelque chose dans la placard de l’entrée) puis une plus longue aujourd’hui où je n’étais pas là pour le repas du midi et l’endormissement de la sieste. J’avais pris bien soin de lui expliquer avant et elle m’a très bien compris : du moment où je lui ai dit elle s’est tourné vers son père et n’a plus voulu que je m’occupe d’elle (en me souriant quand même) jusqu’à mon départ !

Elle est pourtant très maman, c’est même une vraie glu avec moi à certains moments de la journée (alors qu’à d’autres moments je peux tout à fait vaquer à mes occupations, enfin quand j’ai des occupations autres que la regarder^^, sans soucis même s’il faut que j’aille dans le garage ou dans le jardin alors qu’elle reste dans la maison avec son père), surtout aux réveils, comme si il fallait se remettre d’un long sommeil « loin » de nous (ça a commencé avant que je m’absente donc pas de lien), et elle le prend très mal si je dois la faire patienter parce que j’ai des choses dans les mains, ou pire, si je dois la poser parce qu’il faut bien que j’aille aux toilettes !
La technique trouvée pour répondre à son besoin sans que ça ne devienne « trop » (parce que ça devenait compliqué) est de lui dire « ok tu as besoin d’un câlin je te prends mais je ne te sers pas « d’âne de bât », si tu veux jouer et te déplacer tu descends de mes genoux ».
Elle a bien compris et ça fonctionne plutôt pas mal, les temps « glu » tendent à se raccourcir, mais il y a toujours des moments où elle panique malgré tout si je dois la poser. Nous nous sommes donc posés un moment pour lui expliquer qu’effectivement, sa première maman (nous avons utilisé le mot dans sa langue maternelle) un jour l’avait laissée et était partie sans jamais revenir et que ça avait du être très dur pour elle, mais que papa et maman avaient décidé d’avoir S. que nous sommes heureux d’être ses parents et de nous occuper d’elle, que nous ne la laisserons pas et que nous reviendrons toujours. Réaction impressionnante de la demoiselle qui, lorsqu’on a évoqué sa première maman, était au bord du sanglot, et qui une fois la discussion terminée a tendu les bras vers on papa pour lui faire un câlin, acceptant enfin de quitter mes bras.
Après, vu tout ce qu’elle vit comme chamboulements et nouveautés, on ne peut que comprendre qu’elle ait parfois besoin de faire le koala !

Son degré de compréhension est, vous l’aurez compris, très impressionnant, sa mémoire aussi.
C’est assez déroutant de voir cette petite fille à la fois si grande et si petite. D’un côté la maturité d’un enfant qui a du ne compter que sur lui même bien trop tôt et trop longtemps, de l’autre l’immaturité d’un enfant qui a été mis sur « pause » à un certain stade de développement et qui doit rattraper certaines étapes, avec par dessus les angoisses d’abandon qui la rendent très vulnérable.
(Et là on réalise encore mieux la nécessité d’un agrément et d’une bonne préparation. Non ce ne sont pas des enfants « lambda », il faut vraiment des parents qui tiennent la route en face d’eux.)

Nous avons d’ailleurs eu, et avons encore, des passages par les fameuses phases de régressions. A l’hôtel, quand nous étions là bas, pendant quelques jours elle s’est mise à babiller comme un bébé et à marcher à quatre pattes. Ici elle a sucé son pouce quelques jours… sauf que comme elle a horreur d’avoir les mains sales elle nous demandait vite de lui essuyer la bave (elle a une sensibilité particulière au « sale », un point de feutre sur sa peau la perturbe énormément, une saleté dans son bain la fait sortir, c’est très surprenant, mais on connaît déjà ce profil d’enfant, le dernier de ma soeur était exactement pareil, elle lui ressemble beaucoup, même physiquement, c’est rigolo).

De notre côté, nous sommes tous les deux déjà très attachés à notre fille. MonChéri est tout attendri et fier, et moi qui craignait de ne pas réussir à aller au contact de mon enfant (voir mon article quelques jours avant l’appel) je dévore ma fille de bisous.
Pour MonChéri le côté « très maman » et surtout les moments où elle le repousse sont un peu difficiles à vivre même s’il sait que c’est normal. Il a aussi pleinement réalisé combien l’enfance qu’on a vécu et l’éducation qu’on a reçu remontent face à son propre enfant et dit lui même qu’heureusement toutes ces années d’attente et de préparation lui ont permis d’y réfléchir et de travailler dessus, qu’il n’aurait pas été le même père si nous n’étions pas passé par tout ça, il s’en sort merveilleusement bien.
Quant à moi j’ai envie de mordre toutes les mains qui s’approchent de ma fille (autres que celles de son père évidemment, je fond quand je les vois ensemble), et j’angoisse à l’idée qu’elle tende les bras à quelqu’un d’autre que nous. Je me laisse l’été pour continuer à mordre, après on verra.

Publicités

36 réflexions sur “Evolution

  1. Coucou alors nos enfants ont finalement a peu peu le même age et mon petit A pu mon petit chaton est vraiment dans les mêmes comportements et nous l’avons depuis ses 3 mois. Votre petite fille est en effet impressionnante concernant tous ces apprentissages ! Est ce qu’elle va faire sa rentrée scolaire en 2019 ou plutôt 2020 ? Je suis déjà étonnée de ces mots qu’elle prononce. Ici notre petit A passé beaucoup de temps dans nos bras il est assez envahissant surtout avec moi mais nous travaillons à ce que ça le soit moins. Oui ce ne sont pas des enfants comme les autres. Le momien est velcro sumo… Je ne sais pas trop. J’aime l’idée de ne pas être un âne de bat, tiens je ne connaissais pas cette expression. Je vais lui dire on va voir si ça marche. Depuis 6 mois les escaliers c’est qu’avec nous qu’il les descend. La nourriture c’est très limité. Je aime pas les Courgettes. Le pot c’est no comment. 6 mois après il ne veut pas y aller et stop c’était trop d’opposition dans notre cas. Quant aux nuits on n’en a plus non plus depuis 6 mois et ça ne va pas en s’arrangeant. J’ai mis les veilleuses, ce soir on a enlevé les veilleuses mais il est venu 4 fois nous rejoindre dans notre lit. Ya des fois on abdique de fatigue…. Cette nuit on se l’est retrouvé en mode traversin au dessus de nos têtes… Bref oui on est préparé et c’est très important et ouvrir cette parole, témoigner de la suite poyr les autres c’est important. Profitez bien de vous 3. Bienvenue petite S.

    Aimé par 2 personnes

    1. Vous avez l’air d’être dans une phase difficile ! En même temps deux ans n’est pas un âge facile, ils vont vers un peu plus d’indépendance tout en étant très dépendant et tolèrent très mal la frustration, tout ça fait un mélange explosif ! D’autant que j’imagine que pour un enfant qui a été abandonné, l’envie d’indépendance se retrouve face à la peur de se retrouver seul… pas facile à gérer pour un petit bout !
      Rentrée scolaire en 2020 pour notre fille, elle est de début 2017, ça nous laisse un an de tranquillité ! Et oui c’est étonnant tout ces mots qui sortent, bien sûr ils ne sont pas parfaitement prononcés mais ils sont là.

      J'aime

  2. C est génial de te lire j ai dévore ton article et les aventures de ta princesse. Ça se sent que vous êtes bien armes car bien sûr ce n est pas simple mais vous avez l air de vous en sortir à merveille et je vous souhaite pleins de bonheur tous les 3! Profitez à fond de cet été en famille :))))

    Aimé par 1 personne

  3. Fifi

    Pfiouuu, que d’émotions ! Malgré qq ajustements, j’ai l’impression que votre parentalité à tous les deux est très naturelle.
    J’ai l’impression que vous connaissez un peu son histoire d’avant vous. Ce sera sans doute un réconfort pour elle plus tard.

    Comment se comporte ta belle famille pour le moment? Je crois que ta belle mère vous avait positivement surpris, mais ta belle soeur n’a pas été mentionnée je crois.

    Aimé par 1 personne

    1. Nous savons quelques petites choses…
      Pour la belle famille, ma BM (qui nous a sorti beaucoup d’horreurs pendant l’attente) est désormais ravie et complètement gâteuse devant sa petite fille ! Nous ne craignions pas trop la réaction de ma BS (qui est ravie) mais plutôt les remarques racistes de son mari et de la famille de son mari mais pour le moment l’un n’a rien dit de mauvais et les autres on ne les verra probablement pas tout de suite et rarement.

      J'aime

  4. Vous avez l’air de drôlement bien vous adapter (adopter…) tous les 3 ❤️ Et pour ce qui est de mordre, est-ce que toutes les mamans ne ressentent pas ca ?! Sans doute amplifié par ce que vous avez vécu de part et d’autres avant de vous trouver. Bises Choco, c’est super de te lire 😘

    J'aime

  5. Oh la la, tu m’as encore tiré qq larmes !
    C’est hyper émouvant de lire le récit de ces nouveaux liens en train de se créer (sans oublier de parler de sa première maman, le terme est bien choisi).
    Quelle vivacité d’esprit elle a votre petite !

    Bref, on a vraiment le sentiment que tout se met en place dans le respect de chacun. Belle suite à votre joli trio, tellement de découvertes à venir…!

    Aimé par 1 personne

  6. Anne-Laure

    C’est bon de te lire, on sent à quel point vous faîtes déjà famille sereinement tous les 3 et j’imagine aisément combien vous devez être heureux ! Je le suis pour vous derrière mon écran en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  7. Merci de partager ces moments d’intimité familiale et de nous faire vivre ce qu’est votre quotidien !
    on pourrait croire que tout est gagné quand vous recevez l’appel et que vous rencontrez votre enfant, mais il est bien des choses compliquées par la suite, d’autant que l’enfant est grand je suppose ! ça ne doit pas être évident, des deux côtés, évidemment !
    merci mille fois de nous ouvrir tes portes, belle adaptation à vous trois ❤ ❤ Profitez bien de votre puce 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oh non l’appel n’est que le début de l’aventure !
      Chaque âge a ses défis, ses facilités et ses difficultés, mais ce qui n’est pas facile non plus c’est de réussir à faire la part des choses entre ce qui est du à des angoisses d’abandon et ce qui est juste un trait de caractère ou quelque chose de commun à cet âge là (genre là, deux ans et demi, la frustration, c’est pas facile lol!)

      J'aime

      1. Ahahah ! J’ai une nièce du même âge, alors je vois un peu l’idée 😉
        Mais bon c’est pour ça qu’on signe aussi quand on a des enfants, il n’y a pas que des « bons moments » (câlins sans cris par exemple xD), mais je crois que les difficultés dans le parcours nous font prendre beaucoup plus de recul par rapport à ceux qui ont des enfants sans se battre disons…
        En tout cas tes articles nous aident à mieux comprendre les enjeux, et les difficultés du parcours… quand on entend « ben t’as qu’a adopter » quand on évoque nos difficultés, ça fait bondir ! je l’avais notamment entendu d’une acupunctrice avant ma fiv… Le monde est déconnecté de la réalité ! Il faut de la force et de la détermination (et tout pleins d’autres qualités évidemment !) ! Bravo à vous !

        Aimé par 1 personne

      2. Ah la phrase facile ! Les gens n’ont aucune idée de ce que ça représente et le « taux d’échec » (des personnes qui se retrouveront sans enfant au bout) et probablement plus élevé que celui de la PMA… Sans compter qu’il faut aussi se sentir les épaules pour les petites et éventuelles grosses difficultés qui peuvent arriver.

        J'aime

  8. Merci pour ce partage, c’est vraiment très émouvant!
    Votre petite princesse a l’air extraordinaire, et ce que tu racontes sur votre approche avec elle est impressionnant de justesse et de beauté. En lui parlant de sa première maman, avec le mot dans sa (première) langue maternelle, vous lui faites le cadeau de lui permettre de laisser la place à sa vie d’avant et d’en parler si elle le souhaite (vous l’aviez peut-être déjà fait avant, mais je trouve ça vraiment top ce que tu as raconté là).
    Bien sûr que vous y êtes déjà très attachés – elle m’a l’air tellement attachante cette petite ❤ ❤ ❤

    Aimé par 1 personne

  9. C’est super de pouvoir suivre ces moments, qui sont un partage entre beaucoup de bonheur et quelques difficultés mais comme peut l’être la naissance d’un enfant. En tout cas merci de nous faire partager votre quotidien c’est extrêmement émouvant.

    Aimé par 1 personne

  10. Là encore, tout me parle !!! Pour les chats, E. a vite compris qu’il ne fallait pas trop les brusquer. On utilise le mot « doux » quand elle s’approche d’eux parce qu’elle avait un livre tactile dans lequel il y avait un chat tout doux. Elle associe la douceur dans ses 2 sens du coup.
    Pour ce qui est du mode glue, on n’y avait pas été vraiment confronté avant ces vacances. On est en métropole jusqu’au 1er août (d’ailleurs, va-t-on enfin pouvoir organiser une rencontre cette fois ?!) et elle a des réactions panique parfois quand on la pose. À côté de ça, elle est comme un coq en patte avec ses cousines, tontons, taties, papis, mamie. Il faut juste un temps d’adaptation.
    J’adore votre manière de tout lui expliquer. C’est tellement essentiel !! On fait pareil…

    Aimé par 1 personne

    1. Ah mince d’ici le 1er aout ça va être juste, on a une longue liste d’attente (pour venir nous voir) et on limite les jours de rencontre pour ne pas surcharger la miss…
      En tout cas elle est de plus en plus à l’aise, quand on sort dans les lieux publics elle ne fait plus attention aux gens (à moins qu’ils la fixent, là elle demande les bras) et avec nos proches c’est chouette, elle se lâche de mieux en mieux.

      J'aime

      1. Je me souviens qu’on a fait pareil : tout en douceur. L’entourage a vraiment respecté notre souhait et c’était chouette. Bon, à 10.000 km, ça aide… Quel bonheur de les voir gagner en confiance chaque jour et grandir à nos côtés ! ❤️

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s