Le bonheur pathétique

Je ne sais plus à qui j’avais laissé un commentaire (Simone je crois ?) en parlant de ce bonheur pathétique que l’on traverse parfois. Vous savez ces joies d’infertiles, le moment où on se met presque à pleurer de bonheur, parce qu’on se retrouve dans la situation la moins pire ou pour un truc qui, si on le regarde de l’extérieur, est insignifiant voire effrayant.

Le problème c’est quand on s’en rend compte. Combien de fois m’est-il arrivé de passer des larmes de joie aux larmes d’amertumes : « regarde toi, pauv’ fille, à chialer pour un truc aussi idiot, y a-t-il vraiment de quoi se réjouir dans ta situation ? »

La première fois où ça vous arrive est peut être la plus marquante, je me souviens parfaitement de ce jour, au début de notre parcours, où j’ai appris que tel résultat d’analyse allait arriver au bout de trois semaines seulement au lieu des trois mois annoncés. Je me suis mise à pleurer de joie et, quasi instantanément, je me suis pris une grosse baffe en réalisant le pathétique de cette situation.

Il y a pourtant de réelles raisons de se réjouir, une victoire aussi insignifiante soit-elle reste malgré tout une victoire. Heureusement que nous gardons cette capacité à se voir chanceux, à vivre au jour le jour !

Bref, tout ça pour dire que ce weekend j’ai encore fait l’expérience de ce bonheur pathétique.
Vendredi soir, réunion EFA, je regardais les nouveaux couples en me rappelant qu’un an auparavant nous étions à leur place et constatais avec bonheur qu’en un an nous avions parcouru un beau chemin : agrément en poche, contrat avec un OAA, dossiers envoyés (ou presque) dans deux pays, plus notre place sur la liste d’attente dans notre département…
Samedi matin j’y repense et je pleure. Où est la chance et le bonheur quand on considère les années de souffrance qui sont derrière nous, la mort de celui qui aurait pu rendre la légèreté à notre vie, les années d’attente qu’il nous reste à vivre pour peut être rien au bout ? Car aussi chanceux soit on pour le moment dans notre parcours d’adoption, il n’y a aucune garantie à la fin.

L’incertitude reste décidément le véritable poison de ce parcours.

J’espère un jour pouvoir me retourner sur toutes ces épreuves et me dire que ce n’était pas vain…

Regarde le monde
Puis regarde-toi
Quand l’orage gronde
Le soleil se noie
A chaque seconde
Tu perdras la foi
A l’autre seconde
Dieu sera ton Roi

28 réflexions sur “Le bonheur pathétique

  1. Moi je me réjouis d’avance du jour où tu vas nous annoncer que tu es maman. LE parcours est interminable j’imagine bien et il n’y a rien de pathétique à se réjouir d’avoir avancé.Car vous avez beaucoup avancé. J’espère de tout coeur que cela ira plus vite que tu n’imagines. De gros bisous

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui tu as raison, ce sont de très belles avancées et je m’en réjouis malgré tout, il faut vivre au jour le jour, prendre chaque petite victoire pour ce qu’elle est. La plupart du temps c’est comme ça que je fonctionne mais parfois… Bisous à toi, qui vit aussi au jour le jour

      J'aime

  2. Tu as raison, je crois qu’on le (re)connais toutes ce bonheur pathétique 😦
    Moi j’appelle cela « mon cerveau vicieux », celui qui aime m’envoyer des fions… Me montrer le pire dans chaque situation, et *rire* de mon malheur… (je suis pas schyzo, je sais bien que c’est *moi* et pas une entité distincte)
    J’ai la bénédiction (ou malédiction – au choix) d’être capable de rire de tout, la plupart du temps je me retiens de les dires ces choses (sauf sur le blog!) mais quand c’est à moi que mon cerveau les destine, aucune inhibition envisageable… :-s
    Dernière en date ?!? Une belle ponction, un gros gachis à la fécondation (1 seul embryon) => non mais l’avantage c’est qu’on ne va pas payer ces 300 euros destinés à la vitrification, c’est cool non?!? non hein…
    Tout ça pour dire que je pense que ce mécanisme de bonheur pathétique / cerveau vicieux est surtout là pour sauver notre santé mentale, et en un sens, c’est une chance (même si on aimerait ne pas avoir besoin de ce fameux mécanisme)

    Tu avances, et c’est ça le plus important!
    Bon courage, encore! (je sais que tu en as déjà une bonne dose, mais on n’en a jamais trop!)

    Aimé par 1 personne

    1. Il faudrait des perfusion de courage ! Ici aussi on manie beaucoup l’humour, même très noirs. Heureusement ! Je crois que ça nous a sauvé. Et (bien entendu sauf en cas de gros coup de mou) on a l’art de trouver le « bon côté des choses ». Dernièrement lorsqu’on a du vider toute la pièce du fond à cause d’une infiltration d’eau j’ai dit à mon chéri : « je ne sais pas si t’es encore prêt à entendre ça mais, c’est formidable, depuis le temps qu’il fallait ranger cette pièce ! ». Il en faut peu…

      J'aime

  3. Nous aussi c’est souvent l’humour qui nous permet de mettre à distance le chagrin. Et puis, tu as raison même c’est important de continuer à voir les choses positives qui nous arrivent encore…même si c’est tout petit. Ça aide à avancer et puis ça veut dire aussi que l’aigreur et la tristesse n’ont pas pris le dessus…
    Plein de courage pour la suite, en espérant que l’incertitude se transforme vite en bonheur…
    Des bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  4. leptitlepsie

    Vous souhaitez adopter dans quels pays ?
    Je pense qu’il ne faut pas trop être dans l’attente. Finalement, l’assistante sociale a appelé mon frère et ma belle-sœur pour leur dire qu’un enfant était disponible à l’adoption alors qu’ils n’y croyaient plus.
    Je vous souhaite à tous les deux bon courage et surtout « vivez ». 🍀🍀🍀

    J'aime

  5. Il n’y a strictement rien de pathétique à votre combat. Certaines personnes te le laissent parfois croire mais c’est souvent parce que ça les dérange de voir qu’il y a des gens qui n’acceptent pas la fatalité et se battent.
    Vous avez déjà beaucoup progressé dans votre parcours et c’est entièrement légitime que tu t’en réjouisses même si le bout du tunnel n’est pas encore là.
    Tiens bon!❤️

    Aimé par 1 personne

  6. Aureliane64

    Le bonheur pathétique c’est si vrai. Et malheureusement tellement banal dans ces parcours du combattant. Plein de courage pour ces jours d’anniversaire si difficiles
    J’espère que ton infiltration est resorbée.
    Bises

    Aimé par 1 personne

  7. Je crois qu’il n’y a rien de pathétique dans nos petites joies auxquelles on se raccroche pour ne pas tomber. Car finalement, le plus gros risque est de ne plus rien apprécier hors ce bonheur ultime pour lequel nous nous battons tant…. Alors oui ,fêtons nos résultats qui mettent moins d’un mois à arriver, nos J1, tel document administratif finalement obtenu après une longue lutte, la place de parking pile poil en face de l’hôpital, etc. Gros bisous !

    Aimé par 1 personne

  8. Ce n’est pas vain ma douce … quand on y est le temps qui s’écoule et les incertitudes sont tellement difficiles à vivre. Et puis quand le petit trésor déboule, on se dit que wahouuuu pour l’avoir « lui » …. oui, toutes ces épreuves en valaient la peine.
    Et ce qui aide, c’est comme tu le dis, savoir savourer les petits bonheurs … et pouvoir en faire autant après l’atrocité à laquelle vous avez dû faire face … cela en dit long sur toi, sur vous ma douce.

    Aimé par 1 personne

  9. C’est tellement vrai ce que tu écris.  » cette capacité de se voir toujours chanceux ». C est ca le plus important je crois. Qui nous aide à surmonter les épreuves. Ce réjouir d’échapper à un curetage après une fausse couche, d’avoir sa trompe sauvé face à une geu. Et d’avoir son agrément, et ce parcours bien avancé dans l’adoption c est super. C’est pas possible de se comparer avec ce qui marche le mieux. ( les hyperfertiles sans FC) mais il faut toujours essayer de voir sa chance. De réaliser que notre place n’est pas si à l’ombre que ca et qu’il y a meme un peu de soleil.
    En ce moment j’ai du mal à y arriver. Mais ton message me rappelle à l ´ordre. Je vais arrêter de me victimiser.
    Merci 🌸

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s